Créer des conditions d’appropriation et d’adaptation

0
587

Créer des conditions d’appropriation et d’adaptation

Le Tchad a célébré le 17 mai 2018 la Journée mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information avec les 166 autres pays membres de l’Union internationale des Télécommunications (UIT). A cette occasion, des conférences ont été organisées autour du thème mondial, « vers une utilisation positive de l’Intelligence artificielle pour tous » au palais du 15-janvier. Ont pris part à ces manifestations, les professionnels des TIC et les étudiants de l’Ecole nationale supérieure des TIC (ENASTIC). La ministre des Postes et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Mme Madeleine Alingué, a ouvert les activités.

L’intelligence artificielle révèle des grands défis pour le Tchad où l’utilisation de ces techniques reste négligeable ainsi que leur taux de pénétration. L’usage se limite beaucoup plus aux Smartphones, aux cartes bancaires et à quelques applications mobiles. Le thème sur l’intelligence artificielle développé par Dr Zaki Sabit Fawzi a permis à l’assistance de comprendre les évolutions et les défis de ces technologies. Selon lui, la notion remonte aux années 1950 et se définit comme la construction des programmes informatiques dédiés à des tâches qui sont premièrement accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau. Une définition qui se résume à la possibilité de produire des programmes qui se conduiraient et penseraient intelligemment. Basée sur le concept de l’apprentissage, l’intelligence artificielle a progressé vers un 3ème type qui va de l’imagination à  l’invention en passant par l’élaboration. Ce qui donne de plus en plus une autonomie à la machine d’accomplir des tâches en faveur de l’homme. Trois défis et promesses se dressent dans le secteur. Il s’agit de la construction des machines dotées de l’autoconscience qui vont apprendre sans superviseur, da la création des machines interactives pourvues d’empathie, d’émotion et des capacité de discuter et de l’intégration des aspects sociotechniques pour que les machines reconnaissent nos valeurs.

Intelligence artificielle et réalités tchadiennes

La ministre des Postes, des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Mme Madeleine Alingué, fait remarquer que le Tchad a consenti beaucoup d’efforts pour que les nouvelles technologies puissent garantir un développement durable. « Nous sommes les seuls garants de la qualité de ce développement. Le développement du Tchad dépend en majorité de la vision de modernité et d’industrialisation », fait savoir la ministre. Au stade actuel des choses, la responsable du département en charge des TIC reconnaît que le Tchad reste une destination de consommation. Elle promet le soutien des autorités pour offrir des possibilités aux jeunes. « Il est important de dire que nous ne sommes pour l’instant que des consommateurs. Nous n’avons pas encore la capacité de créer, d’innover et de monter des systèmes. C’est le but de ces réflexions que nous engageons. Il est de notre devoir de donner à la jeunesse la possibilité de créer et d’adapter toutes ces technologies à nos propres réalités. Nous pourrons marquer l’intelligence tchadienne dans les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).  Ce sont des grands défis mais ils sont à la portée de notre intelligence », déclare, Mme Madeleine Alingué.

 

 

Pour faire du Tchad un pays exportateur d’innovations technologiques, plusieurs réalisations à mettre à l’actif des dirigeants ont vu le jour. Il s’agit de la mise en place des cadres juridiques et institutionnels. Le secrétaire général du ministère des Postes et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Hissein Brahim Abdelkérim, rappelle que les jalons sont jetés avec la loi n° 09/PR/98 portant création de la SOTEL-Tchad, de l’OTRT et de la STPE. Cette loi ouvre également le marché des TIC aux opérateurs privés. Depuis lors, plusieurs institutions de promotion sont nées notamment l’Agence de développement des technologies de l’information et de la communication (ADETIC) créée en 2014. Celle-ci a pour principale mission d’élaborer et de suivre la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement des TIC. Dans l’assiette des réalisations, l’on note les projets de la fibre optique Tchad-Cameroun et Tchad-Soudan. Pour faire bénéficier les populations des zones reculées, il est mis en œuvre le projet de construction des centres multimédias communautaires et d’une Data Center Nationale.

Badoum Oumandé Henri

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here