Province du Tibesti

0
108

Des actes esclavagistes sont signalés

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Ahmat Mahamat Bâchir, a fait une communication le lundi 29 octobre 2018 à son cabinet pour informer l’opinion nationale et internationale des actes d’esclavagisme qui ont cours dans la province du Tibesti. Une communication faite en présence d’une des victimes, Abdraman Abakar Atteïb, et du procureur de la République près le tribunal de grande instance de N’Djaména, Youssouf Tom.

Tout est parti d’une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux. Des images qui montrent la victime, père de 8 enfants, qui a quitté Biltine dans la province de Wadi Fira pour aller à la recherche de l’or dans le Tibesti. Abdraman Abakar Atteïb est ligoté de la tête aux pieds puis trainé derrière une voiture à laquelle il est attaché. D’après son témoignage, il a reçu des coups violents sur la tête avec des cailloux. Sur la vidéo, une dizaine d’autres personnes sont alignées, couchées sur le dos et fouettées sous le  regard d’un surveillant avec une kalachnikov en main. Selon lui, ils sont recrutés par les orpailleurs de la région pour les recherches mais tout a tourné au cauchemar pour lui et ses compagnons après que ces derniers les ont accusés de vol. À peu près 30 grammes d’or auraient disparus et les orpailleurs n’ont pas cherché loin.

Le ministre de l’Administration, de la Sécurité et de la Gouvernance locale, Ahmat Mahamat Bâchir, a qualifié ces actes d’esclavagistes et a annoncé que des sanctions seront prises car le Tchad est signataire de plusieurs textes internationaux contre la traite des êtres humains. Il a rappelé que dans les localités de Miski, de Kouri Bougoudi, les autorités ont sommé les orpailleurs de quitter les lieux il y a quelques mois. Après ce délai, les autorités ont appliqué les méthodes qui s’imposent pour mettre de l’ordre dans ces zones qui constituent un nid de trafiquants de drogue et de terroristes. Le premier  responsable en de la Sécurité publique trouve inadmissible que les Tchadiens fassent cela à leurs propres frères. Il a annoncé à l’occasion la libération d’environ 1000 personnes des mains de ceux qu’ils qualifient d’esclavagistes.  Les personnes libérées vont regagner leurs familles avec l’aide des autorités. Les opérations sont en cours pour rechercher certains auteurs et leurs complices.

Le procureur de la République, Youssouf Tom a pour sa part trouvé ces pratiques ahurissantes. « C’est une vampirisation au nom de l’amassement de l’or », a-t-il regretté. Il a déclaré que les auteurs vont répondre de leurs actes devant les juridictions compétentes. Une procédure sera enclenchée après la plainte de la victime qui a témoigné.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here