Bisbilles autour du leadership

0
133

Le Conseil national consultatif des jeunes (CNCJ) traverse une période difficile. Son secrétaire à l’Information et à la communication, des technologies de l’information et de la communication, Mahamat Djeddé Kourtou, a fait un point de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur la violation des locaux de l’organisation. C’était le jeudi 25 octobre 2018 à la Maison de la Culture Baba Moustapha.

 

Face à la presse, Mahamat Djeddé, a indiqué que quelques cadets du Conseil national consultatif de la jeunesse du Tchad (CNCJ-T) ont défoncé, le samedi 20 octobre 2018, les portes du siège De l’institution, sis au stade omnisports Idriss Mahamat Ouya et s’y sont auto-installés, violant ainsi délibérément, le principe de respect, de protection et d’entretien des bâtiment et édifices publics, exigé à tout citoyen tchadien. Il a clarifié qu’en réaction de cet acte, le bureau exécutif du CNCJ condamne sans appel les auteurs et acteurs de cet acte du samedi 20 octobre 2018. Selon lui, contrairement aux informations relayées faisant état d’une passation de service, il n’y a aucune passation entre le bureau sortant du CNCJ avec un quelconque bureau élu que ce soit. Au demeurant, ledit Conseil reste le seul et unique interlocuteur de la jeunesse tchadienne et le bureau exécutif recommande vivement aux jeunes du groupe dit du CNJT, d’attendre  la fin des procédures judiciaires pour clarifier le statut, la légitimité et la légalité de leur élection.

 

« Revenant donc aux travaux dudit congrès suspendus dans un premier temps et annulés par la suite pour de graves irrégularités et manquements, par le ministère de tutelle, mais contestés et attaqués par le bureau du CNJT devant les juridictions compétentes du pays,le bureau exécutif sortant, agissant conformément aux textes du CNCJ, a maintenu sa neutralité à l’égard de toutes les parties en conseillant toujours ses cadets du CNJT, d’exploiter et de respecter les procédures judicaires qu’ils ont enclenché contre leur futur partenaire et institution de tutelle qu’est le ministère de la jeunesse », a-t-il expliqué.

 

Mahamat Djeddé Kourtou a précisé que conformément à ses dispositions, le ministère et le bureau exécutif du CNCJ ont collaboré, dans la limite des compétences de l’un et de l’autre, jusqu’à la mise sur pied en octobre 2017, d’un comité paritaire ministère-CNCJ en vue d’organiser le 4èmecongrès ordinaire statutaire du CNCJ. L’initiateur de ce congrès qui n’est aucune autre structure du bureau exécutif sortant, espérait à travers celui-ci, voire leur Conseil national consultatif des jeunes, transformant en Conseil national de la jeunesse du Tchad, comme ceux de tous les pays d’Afrique et ce, conformément à la charte africaine de la jeunesse ratifiée par le Tchad par la loi n° 11/PR/2008 du 6 juin 2008. « Le bureau appelle par ailleurs, tous les leaders du monde associatif jeunes du Tchad en général et ceux de la capitale en particulier à analyser avec objectivité et honnêteté, la condition de vie du jeune tchadien qui, pour l’heure, manque d’emploi, d’éducation, de santé, au lieu de se livrer à des querelles inutiles de leadership obscurantistes en posant des actes qui n’avantagent pas, nuisent à leur image  déjà trop négative », a-t-il conclu.

 

Badour Oumar Ali

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here