Une journée d’information scientifique pour un partage de connaissances

0
132

Les ministres de la Production, de l’Irrigation et des Equipements agricoles, Mme Lydie Beassoumda, et celui de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Dr Houdeïngar David Ngarimaden, ont conjointement animé une journée d’information scientifique le 2 novembre 2018 à l’hôtel La Résidence de N’Djaména. C’était en présence des partenaires, des enseignants chercheurs de l’université de N’Djaména et des étudiants.

Les échanges ont porté sur le thème : « Évaluation biophysique de la santé des écosystèmes pour la restauration des paysages de la zone du PARSAT ». Y ont pris part, les enseignants du supérieur, étudiants et représentant du Fonds international pour le développement agricole (FIDA). En ouvrant officiellement les travaux, David Houdeïngar Ngarimaden a indiqué la pertinence du projet et précisé que les études scientifiques de ce genre sont indispensables mais insuffisantes. Et de poursuivre que plus qu’aucun autre projet, le changement climatique doit être l’occasion de partage de connaissances le plus large possible. Le ministre a relevé que « nul engagement civique ne prendra forme sans l’émergence d’une science sortie des laboratoires qui échange, qui se partage, bref, une science citoyenne ». La responsable du ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements agricoles, Mme Lydie Béassoumda, a insisté sur le changement climatique et ses effets néfastes sur la nature en général et sur l’environnement du Tchad en particulier. Pour elle, l’heure n’est plus aux débats mais à l’action et à l’engagement de tous.

Le chargé du portefeuille du FIDA, Valantine Achancho, a souligné pour sa part que depuis près de quatre décennies, ledit Fonds œuvre aux côtés du gouvernement tchadien pour assurer la transformation rurale, le développement agricole, réduire l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et contribuer à éradiquer la pauvreté. Dans cette perspective, il a salué la collaboration avec le Centre international de recherche en agroforesterie (ICRAF) qui appuie le Tchad dans le renforcement de la résilience des systèmes de production, la résilience agricole, la gestion durable des ressources naturelles et le développement des capacités d’adaptation aux effets des changements climatiques.

Le PARSAT, principal objet de cette journée d’information, a été présenté par son coordonnateur, Mahamat Abdoulaye Labit. C’est aussi la démonstration des œuvres menées par le projet en matière de recherche scientifique. Bertin Takousing, chercheur à l’ICRAF, a exposé sur le partenariat avec le projet. Dans sa présentation, il a fait ressortir la démarche scientifique utilisée pour la collecte des données sur le terrain ainsi que les résultats préliminaires après analyse des données. Il s’agit de l’évaluation de la santé biophysique des écosystèmes et des enjeux pour la restauration des paysages. Quelques propositions ont été formulées à l’intention des responsables du projet et des partenaires. Il s’agit du partage des données, de l’encadrement des étudiants pendant les stages académiques et de l’intégration des enseignements dans les travaux de recherche menés par le PARSAT.

Napoléon Ngaoundi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here