Message de Noël 2018 de l’Église catholique : « Celui qui aime Dieu et n’aime pas son frère est un menteur »

0
220

La Conférence épiscopale des évêques du Tchad a sanctionné sa session de 2018  par le message annuel de Noël. Les assisses ont permis aux pasteurs de l’Eglise catholique de préparer la venue de Jésus-Christ comme messie puis d’échanger sur le phénomène de dégradation des relations entre les Tchadiens, trahissant leur désir intime de vivre ensemble.

Le thème retenu :« Tous frères dans la maison commune » est à titre illustratif.L’archevêque de N’Djaména, président de la Conférence épiscopale, monseigneur Edmond Djitangar Goetbé, a bouclé les travaux le vendredi 14 décembre 2018. Le panel est composé du président de la CET, Mgr Edmond Djitangar Goetbé, l’évêque de Doba Mgr Martin Waingué, l’abbé Alphone Karamba, vicaire général de N’Djaména, l’abbé Alfred Yadjingar secrétaire général de RESRAT et l’abbé Yves Allangomi Guiralbaye, secrétaire général de la CET.

Le message de Noël qui est « Celui qui aime Dieu et n’aime pas son frère est un menteur » est tiré du livre de saint Jean chapitre 4, verset 20 et veut montrer à tous les croyants que Dieu à créé l’homme à son image. « C’est pourquoi, il nous demande de nous aimer les uns et les autres. Car, aimer son prochain signifie simplement aimer Dieu lui-même ». Le message des évêques s’adressent naturellement à Dieu, le créateur de l’univers visible et invisible et créateur de toute l’humanité pour discerner quel est son projet en créant l’univers cosmique et l’univers humain.

« Ainsi,pourrons-nous mieux apprécier la situation de notre pays et le rôle de notre Eglise » rapporte les évêques dans leur message. Le pontife énumère que Dieu se met dans une relation particulière avec celui puisqu’il l’a voulu à son image et à sa ressemblance… Homme et femme il les créa. C’est pourquoi, il a placé Adam et Eve dans une relation vitale avec la nature (nourriture et compagnie) mais bien plus, il établit entre eux une relation de communion dans la différence. Cette différence est assumée comme complémentarité. Il leur donne en fermage la terre où il les a placés et leur confie la mission de l’exploiter pour en tirer les ressources nécessaires à leur vie. Il les rend coresponsables de son développement et de son devenir. « La maison commune »est le maître-mot.

Le désir de construire le vivre-ensemble

Au sujet du vivre-ensemble,les évêques ont indiqué que le désir des Tchadiens a toujours été de vivre ensemble comme frères et sœurs. Ils l’ont réaffirmé lors de la Conférence nationale souveraine (CNS) en voulant vivre ensemble dans un Tchad unifié,apaisé. Pour eux, ce désir s’est encore exprimé dans le Plan national de développement (PND) 2017-2018 dont l’objectif est de lutter contre les inégalités sociales qui entraîneraient la fragilisation de l’unité nationale et de la démocratie. Cette fraternité consiste donc pour les fils et les filles de ce pays à coopérer et à unir leurs forces et leurs compétences pour un même but : le bien-être de tous les Tchadiens.

Ils invitent par conséquent les dirigeants du pays, hommes politiques, syndicats, associations de la société civile et autorités traditionnelles, à avoir un sursaut national pour amener leurs frères et sœurs à vivre comme les enfants d’une même famille dans la maison commune. « Que chacun, dans l’exercice de ses responsabilités, se laisse animer par la volonté patriotique de donner la chance à tous les Tchadiens de s’accepter les uns les autres pour favoriser le vivre-ensemble ». Ils demandent enfin à tous, et en particulier aux jeunes de chercher à gagner honnêtement leur vie par le travail quel qu’il soit.

Banbé Mbayam Christian

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here