Découpage administratif : les députés valident les recommandations du forum

0
369
Le ministre de l'administration du territoire/ Ph Kouago/ ATPE

Les deux ordonnances portants organisation et fonctionnement du Haut conseil des collectivités autonomes et des chefferies traditionnelles et détermination des principes fondamentaux de l’organisation administrative du territoire de la République du Tchad, ont été examinés et adoptés le 26 décembre 2018 par les députés.

Le Haut conseil des collectivités autonomes et des chefferies traditionnelles (HCACT) est une nouvelle institution instaurée par le forum national tenu du 19 au 27 mars 2018. C’est un organe consultatif qui a pour mission de donner un avis sur la politique de décentralisation, d’aménagement du territoire et sur des questions relatives aux chefferies traditionnelles.  Il participe également au règlement non juridictionnel des conflits. Il peut, de sa propre initiative faire des propositions ou recommandations au président de la République sur toutes questions relatives aux politiques de décentralisation, d’aménagement et de développement du territoire et celles partant sur les chefferies traditionnelles. De même, cet organe peut être saisi pour avis par le président de la République des projets de lois, d’ordonnance et des décrets entrant dans le domaine de sa compétence. Cette institution est composée de 51 membres investis pour un mandat de 6 ans renouvelable.

L’idée d’un Etat unitaire fortement  décentralisé permet de céder la gestion du pouvoir aux collectivités autonomes qui sont plus proche de la population. L’Etat peut, dès lors, transférer certaines de ses prérogatives à ces collectivités autonomes qui bénéficient, sous sa surveillance, d’une autonomie de gestion selon le degré de la décentralisation. Il faut noter que les unités administratives sont désormais représentées par les provinces et les départements. En effet, l’objectif visé à travers cette initiative est de doter le Tchad des institutions administratives territoriales efficaces et efficientes afin de rapprocher l’administration de l’administré. A la question de savoir en quoi ces nouvelles structures rapprocheront davantage l’administration de l’administré, le ministre indique que le rapprochement concret de l’administration des administrés vient de ce que les sous-préfectures, entités administratives de gestion, ont été supprimées et remplacées par les communes. « C’est une innovation de taille qui implique directement les administrés dans la gestion des affaires locales à travers les organes délibérants et exécutifs élus au niveau provincial que communal ».

Yonwa Maïlébélé 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here