Finances publiques : le budget 2019 prévoit un recrutement à la Fonction publique

0
988
Les membres du gouvernement défendant le budget/ Ph Kouago/ ATPE

Les députés ont examiné et adopté le budget général de l’Etat pour l’exercice 2019, le vendredi 28 décembre 2018 après des débats houleux par 127 voix pour zéro contre et 27 abstentions. Le budget 2019 reflète l’entière volonté du gouvernement à promouvoir l’emploi, à améliorer les conditions de travail et le pouvoir d’achat des fonctionnaires en portant de 50 à 65 % les augmentations générales et spécifiques (AGS).

Les projections du projet de loi de finances initiale 2019 sont faites sur une base prudente en tenant compte non seulement du contexte international et de la situation intérieur de l’économie, notamment la volatilité du cours de brut et la fragilité de la sécurité aux frontières mais aussi et singulièrement des orientations de la politique économique et budgétaire du gouvernement. Dans le budget 2019, les priorités de la politique budgétaire du gouvernement seront de poursuivre les reformes devant permettre d’améliorer la mobilisation des ressources fiscales hors pétrole et de maitriser les dépenses courantes de l’Etat dont la masse salariale.

Se fondant sur les hypothèses macroéconomiques et sur l’évolution favorable de l’économie nationale en 2018, le projet du budget 2019 a arrêté les recettes et les dépenses respectivement à 983 milliards 3 millions F CFA et 979 milliards 975 millions F CFA. Il se dégage un solde budgétaire globale de 3 milliards 28 millions de F CFA. Selon la circulaire budgétaire et la note de présentation, la politique budgétaire pour l’exercice 2019 devra être orientée globalement vers l’amélioration de la mobilisation des ressources publiques non pétrolières, la rationalisation des dépenses publiques et la relance de l’activité économique tout en réduisant à leur strict minimum les risques budgétaires. Selon les analyses, les perspectives de croissance de l’économie nationale pour l’année 2019 se chiffrent à 6,9 % par rapport à 2018 où elle était de 1,5 % après deux années consécutives de récession.

Les députés globalement satisfaits

En matière des dépenses, les documents relatifs à la présentation du budget 2019 indique que le projet de budget 2019 s’inscrit dans le cadre des réformes entreprises par le gouvernement afin de mieux allouer et gérer les ressources publiques. Ainsi, l’expression des besoins se fera en tenant compte des objectifs du gouvernement et sous la contrainte des enveloppes allouées. A cet effet, il a été procédé à des choix budgétaires rigoureux sur les ressources nationales en vue d’une stabilisation en volume de dépenses de l’Etat dont la progression sera limitée à 3 % (hors amortissement de la dette).  Aussi, les prévisions des dépenses pour 2019 sont-elles évaluées à 979 milliards 975 millions F CFA contre 1000 milliards, 343 millions 33 millions F CFA. Elles sont en baisse de 363 milliards, 58 millions F CFA soit un taux de régression de 27,03 %. Ceci s’explique par la diminution de dépenses de personnel.

Le budget 2019 autorise à titre exceptionnel le recrutement à la Fonction publique à partir du 1er janvier. 2 966 agents à titre de régularisation dont 2 521 agents au ministère en charge de la Défense nationale et 445 agents (officiers et sous-officiers) au ministère en charge de la Sécurité. Les 1 365 agents restants sont partagés entre les ministères de la Justice, des Finances, de l’Agriculture, des Affaires étrangères, etc. Lors de l’audition du ministre des Finances et du Budget, Allali Mahamat Abakar, le 6 décembre 2018, la commission Finances, Budget et Comptabilité publique s’est dite satisfaite de la réévaluation de la solde des militaires, du rétablissement progressif des abattements opérés sur les émoluments et avantages des fonctionnaires et agents de l’Etat ainsi que les recrutements envisagés dans la Fonction publique.

Yonwa Maïlébélé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here