Législatives et communales de 2019 : le BPE prêt à relever les défis techniques

0
285
Le ministre de l'administration du territoire et les membres du BPE/ Ph Youwa/ATPE

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, a échangé avec les membres du Bureau permanent des élections (BPE) le lundi 7 janvier 2018 au siège de l’institution. Au centre des discussions, les préparatifs des élections législatives et communales prévues courant 2019.

Le directeur général du BPE, Issa Adjideï, a d’abord remercié le ministre pour l’intérêt qu’il accorde au travail que fait son institution. Pour lui, c’est un signe fort. Après une rencontre à huis clos et une visite des locaux, le premier responsable du BPE s’est dit optimiste quant au respect du délai. « Si aujourd’hui nous devons aller aux élections, je dirai que nous avons une base de données des électeurs qui est mis en place depuis 2015 et qui a recensé 6 298 801 électeurs. On pourrait tout simplement tirer les listes électorales et aller aux élections. Seulement, ce n’est pas possible ; il faudra réviser le fichier électoral. Ce qui suppose qu’il faudra aussi recenser les jeunes qui ont atteint 18 ans depuis lors, enlever de la base de données les décédés ou les personnes qui ont perdu leur droit de vote comme les condamnés. Nous devons prendre en compte le mouvement des populations. Tout cela nécessite un travail de terrain », a-t-il détaillé.

Se mettre ensemble pour réussir

Cependant, il y a un travail préalable à faire parce que les plus hautes autorités tchadiennes ont procédé à un nouveau découpage administratif. « Avant même d’arriver à la révision du fichier électoral, nous avons la cartographie électorale à reprendre au vu de la nouvelle cartographie administrative. Nous n’avons plus de régions mais des provinces. Nous avons des communes à la place des anciennes sous-préfectures. Ce sont des opérations obligatoires avant les élections et nous allons techniquement nous y mettre afin que le pari soit gagné », a annoncé Issa Adjideï. Il a par ailleurs souligné que le BPE dispose des machines qui peuvent en un rien de temps imprimer toutes les listes électorales. « Notre souci se situe au niveau des machines qui impriment les cartes d’électeurs. Si nous allons imprimer un grand nombre de cartes, certainement nous allons demander un renforcement en équipement », a plaidé le directeur général.

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, a, pour sa part, estimé qu’avec la volonté politique du chef de l’Etat, tout sera mis en œuvre pour rendre possibles ces élections. « Vous avez suivi avec nous, lors du message du nouvel an, le président de la République a annoncé que les législatives et communales doivent se tenir en 2019. Le Bureau permanent des élections est la structure technique chargée de mettre à jour le plateau technique pour que celles-ci se passent dans des bonnes conditions. Nous avons échangé avec le Bureau afin qu’il mette le paquet pour que lesdites élections se tiennent dans le délai imparti. Au niveau de nos structures politiques, c’est-à-dire le Cadre national de dialogue politique (CNDP), la prochaine Commission électorale nationale indépendante (CENI) et nous, en tant que ministère en charge, allons-nous mettre ensemble avec ces partenaires pour que les élections se tiennent comme annoncé par les plus hautes autorités », a laissé entendre le ministre.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here