Prix Gaba Salet : les heureux gagnants sont récompensés

0
141
Les gagnants de la presse écrite, de la télévision et de la radio/Ph Idriss Izzo ATPE

Le palais du 15-Janvier a abrité le vendredi 18 janvier 2019 la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours du prix Gaba Salet pour la promotion de l’excellence en journalisme, édition 2018. Cette cérémonie rehaussée de la présence du président de la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA), Dieudonné Djonabaye, des membres du gouvernement et des représentants des partenaires, a drainé tout le gotha de la presse tchadienne.

D’entrée de jeu, l’assistance a observé  une minute de silence en la mémoire du journaliste de la télévision nationale, Ngarsadjim Ngamnadji, qu’elle vient d’apprendre la nouvelle de son décès. Le président du comité d’organisation du prix de l’excellence en journalisme (COPEJ), Ali Djibrine Ali, a ensuite pris la parole pour adresser sa gratitude à tous ceux et celles qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cet événement. Ali Djibrine Ali de rappeler la portée de ce prix  et l’importance des médias le prix Gaba Salet pour la promotion de l’excellence en journalisme qui est à sa deuxième édition depuis le changement de nom et à la neuvième depuis sa création instituée par la loi n° 031 portant ratification de l’ordonnance n° 16 portant organisation, attribution et fonctionnement de la Hama et réaffirmé par le décret n° 414. C’est donc un concours national. Malgré les péripéties et difficultés rencontrées, le prix de l’excellence continue par drainer des partenaires chaque année pour donner corps au projet. Cela démontre l’intérêt et la place des médias dans le développement de notre pays ».

Parlant du thème de cette année qui est ‘’la contribution de la femme dans le développement du Tchad’’, le président du groupe communication des Nations unies par ailleurs représentant de l’UNHCR au Tchad, Mbili Ambaoumba, a indiqué que parler de la contribution des femmes au développement, c’est d’ores et déjà explorer la participation active des femmes dans la construction du ‘’Tchad que nous voulons’’. « Grâce à vos articles, émissions et reportages, vous avez largement informé le public sur ce que font les femmes pour contribuer au développement du Tchad et nous vous en félicitons. C’est le lieu ici pour nous de réitérer aux médias, en priorité aux journalistes du genre féminin, notre disponibilité à les accompagner dans l’accomplissement de leur travail et pour une quête sans cesse renouvelée de la recherche de l’excellence. Cette quête qui valorise et vulgarise les objectifs du développement durable, à partir desquels le Tchad a construit sa vision pour l’émergence »,  a-t-il lancé à l’endroit des journalistes. 

« La femme est une fierté »

Le président de la Haute autorité des média et de l’audiovisuel (HAMA), Dieudonné Djonabaye, n’a pas tari d’éloges à la gent féminine pour ses œuvres qui concourent au développement du Tchad avant d’appeler au respect de celle-ci. « La femme vendeuse des marchandises, la couturière, la technocrate ou la journaliste, ne sont plus regardées avec le prisme de ‘’femme seulement’’ comme l’on a l’habitude de le dire. Elle ne monte plus à l’arrière des véhicules, mais elle conduit la voiture ou pilote l’avion. De plus en plus, dans la société très patriarcale, les femmes font taire par petites touches les discours tendancieux à caractère sexiste et machiste. Les femmes contribuent à la lutte pour la justice sociale. Elles sont en première ligne dans le combat pour l’émergence. Il faut être fier d’elles. Dieudonné Djonabaye de conclure que le choix du thème de l’édition 2018 est la matérialisation par les médias à travers la HAMA de ce mouvement.

Avant que le suspens ne soit levé, un intermède constitué de sketches, documentaires et témoignages a été observée. Il s’agit de la présentation d’un sketch du groupe Hadre Dounia axé sur les efforts faits par la femme pour soutenir sa famille et le rôle des journalistes dans sa promotion. Il y a eu aussi la projection d’un documentaire relatant les réalisations au Tchad de la CNPCI, l’un des partenaires de du prix Gaba Salet.

Des expériences enrichissantes                                                                

Il y a eu le partage d’expérience des anciens lauréats du prix de l’excellence en journalisme avec le public. Ceux-ci ont parlé de leur stage d’immersion dans les différents organes de presse qui les ont accueillis pendant leur séjour de vingt jours à Casablanca au Maroc. Il ressort de ce témoignage que c’est une  expérience enrichissante et bénéfique pour eux. Au Maroc, l’internet a facilité la tâche aux journalistes. Grâce à Internet, le journaliste peut, à partir de la rédaction, rédiger son article. Il n’y a pas un seul organe de presse  qui ne dispose d’un journal en ligne et la rétention de l’information  est inexistante au Maroc.

Le résultat publié par la présidente du jury, Halimé Assadia Ali, se présente comme suit : le prix jeune talent en presse écrite est remporté par Rayamta Neloum du journal La Voix, celui du jeune talent en radio revient à Aziza Bichara Doudoua de la Radiodiffusion nationale tchadienne (RNT), celui du jeune talent en télévision est décerné à Adoum Abdelkader Ouda de la télévision nationale. Tous ces trois lauréats ont reçu des mains du directeur de la CNPCI, Wu Guangyi, un chèque de 8000 dollars pour un séjour de vingt jours en Chine. Loubaaïngué Séraphin Adoumngar a reçu le prix du meilleur blog et bénéficie d’un ordinateur portable, d’une imprimante et d’un stage de trois mois à la délégation de l’Union européenne. Les prix spéciaux presse écrite, radio et médias en ligne reviennent respectivement au journal Le Progrès, la radio Alnasr FM et le site Tchadinfo.com. Ces trois organes de presse reçoivent chacun une moto.  La photo de famille a marqué le clou de la cérémonie.

Serge Nékoulko Nadjingar  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here