Personnes handicapées : leur offrir les mêmes chances que les personnes valides

0
140
La ministre de la Femme, de la Protection de la petite enfance et de la Solidarité nationale / Ph. goldégué / ATPE

A l’ occasion de la célébration de la Journée nationale des personnes handicapées (Jonaph), le jeudi 7 février 2019 sous le thème : « Autonomiser les personnes handicapées pour un développement inclusif et durable », la ministre de la Femme, de la Protection de la petite enfance et de la Solidarité nationale, Dr Djalal Ardjoun Khalil, a fait une déclaration à son cabinet le mercredi 6 février 2019.

La Journée nationale des personnes handicapées (Jonaph) au Tchad a été instituée le 6 juin 1994. Ceci s’inscrit dans le cadre de la première décennie mondiale des personnes handicapées. Cette Journée est célébrée le 7 février de chaque année. Le thème retenu cette année selon Dr Djalal Ardjoun Khalil, est d’actualité, car l’autonomisation offre aux personnes handicapées l’occasion de répondre à leurs préoccupations et participation active dans la société. « Conscient de la situation des personnes handicapées, le gouvernement de la République du Tchad et ses partenaires au développement, orientent celles-ci vers d’autres activités plus bénéfiques en renforçant leurs capacités par la formation, et en leur octroyant des microcrédits pour leur insertion socioprofessionnelle ».

La commémoration de cette 24ème édition est l’occasion indiquée pour l’administration publique, société civile et partenaires au développement, de porter un regard rétrospectif sur les acquis en matière de mise en œuvre des textes portant protection des personnes handicapées et sur le nouveau défi à relever afin de leur permettre d’espérer un avenir meilleur. « Etre handicapé et travailler semble, pour beaucoup de personnes, deux choses totalement incompatibles. Pourtant, il suffit  d’ôter les préjugés, les responsabiliser et favoriser leur encadrement afin d’optimiser leur implication dans le développement du Tchad », a déploré Dr Djalal Ardjoun Khalil. Ainsi, l’idéal vers lequel, il faut tendre, conformément à la pratique de la normalisation: «  à compétence égale, une chance égale», a-t-elle proposé. Une personne handicapée doit avoir les mêmes chances qu’une personne valide, a-t-elle recommandé.

Pour elle, la ratification par le Tchad de la convention relative aux droits des personnes handicapées est la preuve tangible de l’engagement du président de la République, de traduire dans les faits des idéaux de cet instrument international, à l’harmonisation des textes juridiques nationaux et la réalisation des actions qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie de cette frange de la population. « Mon département qui est en charge de la promotion des personnes handicapées, reste ouvert à leur écoute et les encourage à participer activement au développement ». La prise en charge des personnes handicapées doit passer obligatoirement par l’éradication des phénomènes de la mendicité sur la voie publique. « C’est la persistance de ces problématiques  qui a motivé le choix du thème. A l’issue de cette journée, les personnes handicapées auront la chance de prendre les choses en main se lever et parler des problèmes auxquels ils sont confrontés », a-t-elle indiqué.

Elle a saisi cette opportunité pour demander à tous les partenaires intervenants dans le domaine humanitaire, surtout de handicap, de développer davantage des approches et des actions basées sur les principes de la convention relative aux droits des personnes handicapées en vue de favoriser l’épanouissement de celles-ci et leur participation à toutes les actions qui contribuent à sauvegarde  leur bien- être familiale. « Donnons-nous la main, et soyons déterminés pour accompagner les personnes vivant avec un handicap », a-t-elle conclu.

Yonwa Maïlébélé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here