Faune: Neuf personnes blessées par une panthère au quartier Goudji

0
109
Ph. youwa / ATPE

Le ministre de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche, Sidick Abdelkerim Haggar,  a visité les neuf personnes blessées par une panthère le jeudi 14 février 2019. Il s’est rendu  à l’hôpital la Liberté puis à celui de Guinebor.  Au cours de  cette visite au chevet des  malades ce vendredi 14 février 2019, le chef du département en charge de la protection de l’environnement est accompagné par ses proches collaborateurs.  

Le ministre voudrait à travers cette visite compatir avec les parents des victimes de l’animal en divagation dont on ignore la provenance exacte. La scène s’est déroulée dans la nuit du jeudi, 14 février 2019 au quartier Goudji dans le 10ème arrondissement municipal de N’Djaména. Parmi les neuf victimes admis respectivement à l’hôpital la liberté et Guinébor, cinq personnes légèrement blessées sont libérées et quatre grièvement blessées sont encore sous traitement. Compte tenu des dégâts humains causés par l’animal, les autorités en charge de la protection de la faune ne sont pas restées indifférentes face à la situation. Après ce forfait, l’animal est abattu séance tenante. Et sur ordre du ministre en charge de la protection de l’écosystème,   l’animal est transporté d’urgence à l’Institut de recherche en élevage pour le développement (IRED). Dans cette institution, les docteurs vétérinaires  ont fait l’autopsie. Ce qui leur a permis de se rassurer de l’état de santé de ladite panthère. Chose faite, les résultats des diagnostics ont prouvé que cet animal ne souffre pas de la rage.

Le directeur général de l’IRED, Adoum Goudja peu avant la présentation des résultats des examens sur l’état de santé de l’animal à la délégation conduite par Sidick Abdelkerim dit que la rage est une maladie dangereuse. Car, dit-il, pour ce cas de figure, cette panthère ne souffre pas de la rage. Il exhorte donc les parents des patients de se libérer des doutes concernant leur état de santé. Il conseille ensuite à la population de ne pas hésiter un seul instant de se rapprocher dudit institut en cas de morsures des animaux. Il rassure que grâce à l’appui du gouvernement cet établissement dont-il a la charge dispose actuellement des appareils haute gamme aux normes internationales pour faire l’autopsie au Tchad et non au Cameroun comme dans les années précédentes.

A droite, le ministre de l’Environnement au chevet des malades / Ph. Youwa / ATPE

Le ministre de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche se dit ravi de la promptitude dont font montre les forces de l’ordre et de la sécurité et celle des responsables en charge de l’Institut de recherche en élevage pour le développement (IRED). Cette marque de collaboration selon lui, témoigne combien   son département ministériel se préoccupe de la protection des personnes et de leurs biens. C’est pourquoi, au regard des résultats de l’autopsie, il demande aux parents   de ne plus s’inquiéter de l’état de santé des victimes. Il reconnait qu’avec le phénomène du réchauffement climatique, la faune est menacée. C’est ainsi qu’il entend mettre en place un fonds pour de gérer ces cas en matière de la protection de l’environnement.

Banbé Mbayam Christian             

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here