Siège ONAMA : des agents formés pour la prise en main

Le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Oumar Yaya Hissein, a lancé officiellement la série de formations des agents de l’Office national des médias audiovisuels (Onama) pour la prise en main du nouveau siège. C’était le vendredi, 1er mars 2019 au siège dudit office.

La formation des agents de l’Office national des médias audiovisuels (Onama) pour la prise en main du nouveau siège intervient après la phase des recettes techniques fonctionnelles. Celle-ci est une opération qui consistait à faire, sur une période d’un mois, les tests de tous les équipements avec l’appui  du consultant, HDR communications, une maison spécialisée, basée en France. Ces recettes techniques fonctionnelles, sanctionnées par un rapport, ont permis de procéder à la réception provisoire des équipements. Il est donc question pour la phase actuelle, d’outiller les agents de l’Onama, de toutes les catégories professionnelles, des techniques nécessaires pour assurer la relève ou du moins prendre la main pour le fonctionnement du nouveau siège de leur structure avec les nouvelles installations.

« A l’issue de ces formations qui dureront trois mois, 300 agents, journalistes, technico-artistiques et techniciens confondus seront imbibés de nouvelles connaissances allant de la collecte et du traitement des sons et images à leur diffusion en passant par un processus beaucoup plus simplifié donc rapide et fiable mais exigeant », informe le directeur général de la radiodiffusion et télévision tchadienne, Boukar Sanda. Selon lui, ces formations sont fondamentalement axées sur des exercices pratiques qui prennent non seulement en compte toutes les fonctionnalités des nouveaux équipements mais aussi du workflow, cette symbiose et cette synergie qui caractérisent le mouvement d’ensemble nécessaire à la production et à la diffusion des contenus audiovisuels de qualité en un temps record. Ainsi, les journalistes, les producteurs, les réalisateurs, les cameramen, les monteurs, les infographes, les informaticiens, les techniciens d’antenne, les ingénieurs de transmissions, les éclairagistes doivent s’habituer à cette nouvelle donne qui leur impose des nouvelles méthodes de travail mais aussi des nouveaux comportements.

« Les nouveaux équipements n’admettent aucun tâtonnement, aucune imprécision. En ce sens, il serait risqué de prendre en compte d’autres considérations que celles qui conduisent au succès », poursuit le directeur général Boukar Sanda. Un succès, reconnait-il, est attendu par l’ensemble des téléspectateurs et auditeurs de l’Onama qui, par les multiples critiques, parfois acerbes, contre les erreurs et les fautes des agents de cette institution, expriment leur attachement à la télévision et à la radio.

Etre la pointe de la technologie

Selon le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Oumar Yaya Hissein, ces formations, éclatées en plusieurs modules, prennent en compte toutes les composantes de la chaine de production, de la collecte des informations à la diffusion, en passant par le traitement de celles-ci. « En fonction de vos profils, de vos expériences et de vos parcours respectifs, vous êtes appelés à suivre ces formations qui vous rendront plus aptes à utiliser ces équipements de haute définition, de façon optimale et rationnelle », s’adresse-t-il aux agents. L’objectif visé à travers cette série de formations, il faut le préciser, est la mise en œuvre progressive des programmes radiotélévisés de l’Onama à partir de nouvelles installations. Ce schéma obéira à un chronogramme bien élaboré dont l’exécution sera suivie par la direction générale de l’institution. Oumar Yaya Hissein informe également que le gouvernement, à travers le ministère de la Communication, ne ménagera aucun effort pour soutenir les efforts tendant à valoriser les prestations de l’Onama. « Tout sera mis en œuvre et de manière progressive pour que l’installation dans ce bâtiment se fasse avec précision afin que le transfèrement ; la mise en œuvre des productions télévisuelles et radiophoniques ; l’organisation du travail des rédactions autour des journaux télévisés et radio ainsi que l’éditorial se réalisent méthodiquement suivant l’évolution des nouvelles grilles, de l’habillage et de l’exploitation du studio virtuel », précise le chef du département de la Communication.

Rondouba Brillant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here