Lutte contre le cancer féminin : l’Association Yali Chad sensibilise

Une vue des confférenciers / Ph. Haltebaye / ATPE
Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, l’Association Yali Chad a organisé une conférence-débat le samedi 9 mars 2019 dans les locaux de la faculté des Sciences de la santé humaine sous le thème : « Une femme dépistée égale une vie sauvée ».

Cette conférence-débat qui marque le lancement des activités de l’Association Yali Chad par la sensibilisation fait suite au constat qu’au Tchad, le cancer féminin se propage de façon exponentielle et que le pays ne dispose pas pour le moment d’un plateau technique ni de centre de prise en charge des victimes. Raison pour laquelle, cette association a trouvé mieux de passer par la sensibilisation pour amener la population en général mais surtout les femmes à prendre conscience de l’existence de cette maladie. Au cours de cette conférence débat, deux sous-thèmes ont été débattus par les doctorants, issues de la faculté des sciences humaines. Il s’agit du cancer du col de l’utérus présenté par doctorant Fatimé Mahamat Saleh et celui du sein présenté par la doctorante Habsita Mahamat Abakar. S’agissant du cancer du col de l’utérus Fatimé Mahamat Saleh a fait comprendre que cette maladie est évitable. Il suffit d’éviter les rapports sexuels précoces, pratiquer le plus souvent le sport, éviter de fumer et surtout avoir un seul partenaire sexuel. Elle a conseillé au public de ne pas hésiter de se faire dépister. « Le cancer est une multiplication anarchique des cellules », a laissé entendre Fatimé Mahamat Saleh.

Parlant du cancer du sein, la doctorante Habsita Mahamat Abakar, quant à elle, précise que cette maladie tue plus dans le monde. Aussi, pour l’éviter, elle a prodigué quelques conseils au public à savoir d’éviter le surpoids, l’obésité. Elle a énuméré quelques signes d’apparition  de ce cancer qui sont entre autres la bosse au sein, l’écoulement en dehors de l’allaitement. Comme mesure de prévention, la doctorante Habsita Mahamat Abakar recommande à la population d’adopter un mode de vie sain et surtout sans alcool. Plusieurs questions d’éclaircissement ont été posées surtout le manque de plateau technique et l’absence de centre de prise en charge des malades victimes des cancers au Tchad. Les conférencières ont répondu unanimement que pour l’heure, la sensibilisation demeure une arme efficace.

Djimet Biani

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here