FAGACE : « Une institution africaine qui œuvre au développement économique et social de ses 14 Etats membres »

0
169

En juin dernier, le Tchadien Ngueto Tiraïna Yambaye a été nommé directeur général du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE). Dans une interview accordée à l’Agence tchadienne de presse et d’édition (ATPE), il revient sur sa nomination et l’importance de cette institution panafricaine.

Vous venez de prendre les rênes de cette prestigieuse Institution. Qu’est ce qui a milité en faveur de votre nomination à ce poste ?

Je vous remercie pour l’opportunité et l’intérêt porté au FAGACE.

Relativement à votre première question, je voudrais ici, avant tout propos remercier sincèrement le Maréchal du Tchad, Son Excellence Idriss Deby Itno qui a toujours soutenu mes ambitions aux fonctions internationales. Et pour le cas d’espèce du FAGACE, même si je suis sorti premier au test de recrutement à l’international, au poste de Directeur Général, l’appui des plus hautes Autorités de mon pays a été crucial. On ne peut accéder aux plus hautes fonctions internationales sans le soutien de son Pays et pour mon cas, le Président de la République s’est impliqué personnellement.

Au terme de ce processus le Conseil des Gouverneurs, l’instance suprême du Fonds a décidé de me confier le poste lors de sa session extraordinaire de juin 2020. Comme pour mes précédents postes, ma motivation est toujours la même, fondée sur l’envie et la nécessité d’apporter ma contribution à travers des initiatives structurantes pour impulser le développement en Afrique.

Quelles sont vos ambitions dans la mise en œuvre des objectifs de cette organisation ?

Après 43 ans, le FAGACE doit se réinventer pour s’adapter aux nouveaux modèles économiques et à un continent en pleine mutation. Ce qui exige de nous, une évaluation conséquente et objective du chemin parcouru et une projection réelle et réaliste, en vue de lui donner les moyens adéquats pour lui permettre de mieux soutenir le financement de projets intégrateurs aptes à mieux faire face aux défis de la croissance et de l’emploi.
Au nombre des chantiers majeurs, il y a :
l’innovation : grâce à des mécanismes d’interventions adaptés pour mieux accompagner les économies des Etats membres ; une excellence opérationnelle en conformité avec les normes prudentielles les plus exigeantes et une offre adaptée aux économies ; le renforcement de la structure financière du Fonds et l’ouverture du capital à de nouveaux Etats et partenaires financiers ; la poursuite des réformes, pour rendre le FAGACE plus moderne, plus compétitif et plus attrayant pour les talents et les marchés.

A cet effet un Plan stratégique est en cours d’élaboration pour permettre au FAGACE dès 2021 de répondre plus efficacement aux demandes de plus en plus accrues des économies des Etats membres.

Les entrepreneurs tchadiens n’ont pas suffisamment bénéficié de ce Fonds. Quelles sont les raisons ?

Pour l’historique, le Tchad est le dernier pays à adhérer au FAGACE, une institution créée depuis 1977 et qui a permis à ce jour de mobiliser plus de 2500 milliards de F CFA au profit des économies de ses 14 pays membres grâce à ses interventions diverses notamment en garantie, en financement direct, en prise de participation et en allègement des conditions d’emprunt par la bonification de taux d’intérêt. Le faible niveau d’intervention du FAGACE au Tchad est essentiellement dû à la méconnaissance de cet important outil de développement mais aussi à la qualité des dossiers et des projets soumis.

Et c’est justement pour remédier à cette situation que la dernière mission du FAGACE au Tchad est intervenue. A cette occasion, des échanges avec le Gouvernement, il ressort la volonté de voir le FAGACE renforcer son rôle dans l’appui au développement du Tchad. Le FAGACE apportera sa participation en termes de contribution au Plan National de Développement 2017-2021, au plan d’urgence d’accès à l’électricité 2021-2023 et au soutien du Fonds pour la promotion de l’Entreprenariat des Jeunes, au Microcrédit et au financement de l’Economie rurale. Dans cette perspective un Mémorandum a été signé avec l’Etat tchadien et pour en assurer le suivi, un Bureau d’Information et de Liaison du Fonds au Tchad créé.

Par ailleurs, au cours des différentes rencontres, les institutions financières et les opérateurs économiques tchadiens ont tous admis la nécessité d’un garant comme le FAGACE dans le dispositif de financement des Projets et du secteur privé. Consécutivement et pour marquer l’intérêt réciproque de développer des synergies en vue de mieux accompagner le financement de l’économie tchadienne, des accords de partenariat ont été signés avec les banques locales au cours de cette mission.

Désormais le FAGACE dispose de quatre (4) banques partenaires au Tchad : la BSIC, ORABANK, la CBT ainsi que la BCC et le processus de signature se poursuit avec deux (2) autres banques pour mieux accomplir sa mission. Les promoteurs disposant de projets matures sont invités à les soumettre aux banques partenaires qui à leurs tours recourront après examen, à la garantie Fonds dans le cadre du financement.

Toutes ces initiatives ont pour but d’accroitre significativement le niveau des interventions du FAGACE au Tchad.

Comment fonctionne le FAGACE ?

Le Fonds Africain de Garantie et Coopération Economique (FAGACE) est une institution africaine qui œuvre au développement économique et social de ses 14 Etats membres en facilitant l’accès au financement des entreprises et des projets entrepreneuriaux, à travers essentiellement les mécanismes de partage de risques. Les zones d’intervention du Fonds couvrent la CEMAC, l’UEMOA, le Rwanda et la Mauritanie, avec une expansion progressive sur l’ensemble du continent africain. Son siège social se trouve à Cotonou en République du Bénin. Pour plus de proximité avec ses différents marchés, le FAGACE dispose de deux (2) Représentations : l’une au Cameroun et l’autre au Rwanda.

Le système de garantie public de crédit proposé par le FAGACE est la solution clé capable de relever le défi de l’accès au financement du secteur privé. De façon opérationnelle, le FAGACE accorde son aval pour l’octroi de prêts aux PME, en réponse à l’exigence de garanties des institutions financières et en partageant ainsi le risque de non remboursement du prêt. Ce dispositif encourage les institutions financières à prêter davantage aux promoteurs à des taux plus réduits ; ce qui permet de combler le déficit de financement. Avec les financements reçus, les PME émergent, se structurent, concrétisent leurs ambitions de développement et in fine créent plus de valeur ajoutée et d’emplois.
Cette approche est parfaitement en lien avec les orientations des programmes nationaux de développement mis en place dans les Etats membres visant à accompagner la création d’un secteur privé mature, soutenu par une dynamique entrepreneuriale et un tissu émergent de petites et moyennes entreprises performantes pour consolider le tissu économique de manière inclusive et durable.

Qui peut bénéficier de ce Fonds et quels sont les avantages ?

Les bénéficiaires cibles du FAGACE incluent l’ensemble des acteurs de développement : les entreprises privées, publiques ou mixtes viables tous secteurs d’activité confondus, les institutions financières nationales et internationales, et les organismes régionaux promoteurs de l’intégration économique des Etats membres.

Comme évoqué plus haut, le cœur de métier du FAGACE c’est la garantie. L’objectif de la garantie est de faciliter l’accès au financement pour les entreprises en particulier les PME. La garantie agit par le biais du partage du risque supporté par la Banque.

Ainsi dans le cadre de sa coopération avec les banques, le FAGACE propose actuellement trois (3) produits que sont la Garantie individuelle, la Garantie Portefeuille, et la Garantie Grossiste.
La garantie individuelle concerne les projets des entreprises en général empruntant à des banques. La Garantie de portefeuille consiste pour le FAGACE à mettre en place une ligne de garantie auprès d’une banque. Cette ligne autorise la banque à faire entrer dans la garantie, sans approbation préalable du mécanisme de garantie, les crédits des PME, PMI, qui remplissent certains critères établis. Enfin la Garantie grossiste qui est également une ligne de garantie est mise à la disposition des institutions de micro crédit pour faciliter l’octroi de financements à des petites entités entrepreneuriales (TPE, TPI) mais aussi leurs refinancements auprès des banques commerciales.
En couvrant une partie des pertes éventuelles d’un portefeuille de prêts, les garanties du FAGACE permettent de mobiliser des financements supplémentaires pour les petites et moyennes entreprises ou les entreprises de taille intermédiaire.

En termes d’avantages pour les économies des Etats membres, en général les mécanismes d’intervention du FAGACE permettent la mobilisation de capitaux pour financer les infrastructures de base, le développement des PME avec le financement de leurs stratégies de croissance créant dans leur sillage, de milliers d’emplois, la promotion de l’entrepreneuriat et la création d’entreprises à travers de nombreux projets modernes dont le financement est garanti par le FAGACE.

Pour les banques partenaires, la garantie du FAGACE permet d’augmenter leur capacité d’engagement et indirectement, le volume des prêts accordés à l’économie par l’amélioration des ratios prudentiels, de se prémunir contre le risque de perte et de défaut, d’obtenir une restauration rapide de la liquidité en cas de défaillance du promoteur et de lever des fonds sur le marché financier pour renforcer leurs capacités d’intervention. La coopération avec le FAGACE contribue également à l’amélioration de la qualité du travail d’instruction et de suivi des dossiers des prêts à l’investissement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here