Tchad : le CNCJ renaît

0
221

Du 03 au 05 décembre 2020, les jeunes issus des 22 provinces du Tchad et ceux des 10 communes d’arrondissements de N’Djamena se sont réunis en congrès ordinaire du Conseil national consultatif des jeunes (CNCJ) à l’hôtel Radisson Blu. La rencontre, suivie de bout en bout par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Routouang Ndonga Mohamed Christian, a débouché sur la mise en place d’un nouveau bureau que va diriger Abakar Al-Amine Dangaya.

L’ambiance est bon enfant au sein des jeunes ce jour 05 décembre 2020 dans la salle réservée à la clôture des travaux. Un nouveau bureau est mis en place après une longue nuit de vote. La satisfaction a pris le dessus sur la fatigue. Du remerciement du comité d’organisation représenté par son coordonnateur général, Mahamat Hissène Fredé, à la lecture de la synthèse des travaux par le rapporteur du présidium, Brahim Guihini Gadi, le reflet d’un travail minutieux se dégage. La réactualisation des textes du CNCJ a permis d’élargir son champ d’action par la création des nouveaux postes dans le bureau exécutif. Il s’agit entre autres des postes de vice-président. Un accent particulier est mis sur les jeunes des provinces et de la diaspora. Abakar Al-Amine Dangaya devient le nouveau président du CNCJ. Zaroua Oumar Aboubakar et Adam Ardja Hassan sont respectivement 1er et 2ème vice-président. Avec 11 autres responsables du bureau, ils vont conduire la destinée de cet organe faîtier des jeunes. Comme l’a souligné le ministre de la Jeunesse et des Sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian, cette avancée marque la renaissance d’une organisation qui était dans la léthargie depuis quelques années.

Un processus consensuel et démocratique

Au-delà du scepticisme qui a nourri certains jeunes, le processus depuis les candidatures aux élections a requis le consentement. Une enquête de moralité a permis de retenir définitivement 4 candidats au poste de président. Le soir du vote, à cause des candidats exclus, il y a eu quelques brouhaha dans l’auditorium mais la maturité de la jeunesse qui aspire à un organe dynamique a pris le dessus une fois de plus. L’innovation qui a renforcé le caractère démocratique des élections 2020 du CNCJ est l’organisation d’un grand débat à la Maison nationale de la Femme et la diffusion en direct des opérations de vote. Face à la jeunesse, les candidats se sont affrontés dans un fair-play sans faille.
A la proclamation des résultats définitifs, les candidats perdants au poste de président ont reconnu leur défaite et félicité le vainqueur. Abdelgader Aderaman Koko par exemple, a écrit sur sa page facebook « Mes félicitations à l’équipe élue, tous nos vœux de plein succès». Le président élu du CNCJ dans son discours a reconnu en eux des jeunes dynamiques qui peuvent contribuer à l’essor de l’organisation. « Mon frère Abdelgader Aderaman Koko, mon frère Brahim Moussa Mahamat vous n’avez pas démérité. Les portes du CNCJ sont grandement ouvertes. On a besoin de vos expériences. Je serai le président de toute la jeunesse tchadienne, pas celui de mes électeurs », a-t-il déclaré.

Un présidium et des jeunes exemplaires

Le présidium avec les officiels à la cérémonie de clôture des travaux

Les membres du présidium qui ont reçu des attestations de reconnaissance de la part du comité d’organisation ont fait l’unanimité. Mise à part leur neutralité, ce sont des hommes et des femmes qui inspirent la jeunesse par leur participation à la vie citoyenne. Ecrivain pour la plupart comme Ali Abdel-Rhamane Haggar, Me Clarisse Nomaye, Brahim Guihini Gadi et Yousra Abdelrahim N’diaye, ils ont su conduire les travaux dans une discipline absolue. Contre toute attente, dans un milieu jeune. La base d’une jeunesse capable de prendre véritablement la relève pour un Tchad émergent est posée. L’exemplarité qui a prévalu devient désormais le socle d’une jeunesse qui ne connait pas les frontières entre les 23 provinces du Tchad.

Un soutien institutionnel affiché

La présence de plusieurs membres du gouvernement à la cérémonie de clôture dénote du soutien sans faille du gouvernement à la jeunesse. Une politique de la jeunesse mise en œuvre à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports avec à sa tête, Routouang Ndonga Mohamed Christian. Ce dernier a appelé le nouveau bureau à « chercher à établir entre les jeunes une chaine d’unité, de solidarité, d’amitié et de fraternité tant sur le plan national qu’international, en bannissant la discrimination sous toutes ses formes ». Selon lui, c’est le sens que le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno, donne à cet organe faîtier des jeunes chaque fois qu’il parle de l’avenir du Tchad et du devenir de la jeunesse pour la construction d’un Tchad émergent.

Le nouveau bureau exécutif

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here