Grève au Tchad : Notre regard

0
44

La grève est la dénomination donnée à un mouvement collectif pris à l’initiative de tout ou partie du personnel d’une entreprise, destiné en général à contraindre l’employeur à la négociation des conditions de travail et de rémunération, selon la définition du dictionnaire du droit privé. Elle a cependant changé d’orientation et de modalité. Car, outre la protestation dont elle se veut être l’expression, elle peut aussi être décidée dans un but de solidarité avec d’autres corporations, même si les protestataires n’appartiennent pas au même employeur, pour exprimer la crainte d’une décision future ou dans un but politique.

Si l’on s’en tient à cette définition, on peut affirmer sans risque de se tromper que la grève est permise et autorisée par la loi. C’est un moyen de revendication qu’un salarié peut utiliser pour entrer dans ses droits par l’intermédiaire du dialogue.  Même si parfois les employés du secteur privés par solidarité partent aussi en grève, ceux-ci, trouvent de solutions rapides aux différends qui les opposent à leurs employeurs. Ils mettent en évidence le dialogue social. Alors qu’est-ce que le dialogue social ? Pourquoi doit-on le privilégier dans une négociation sociale ?
En effet, le dialogue social, selon l’Organisation internationale du travail inclut toutes formes de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions d’intérêt commun liées à la politique économique et sociale.

Ah oui ! Les questions d’intérêt commun liées à la politique économique et sociale sont à la base de tout développement. Donc tout le monde doit s’accorder sur les principes de base qui tiennent compte de ces trois dimensions. C’est pourquoi, notre regard a porté sur la crise sociale, enclenchée depuis de la rentrée scolaire 2020 -2021, et continue à perturber la quiétude des parents, enseignants eux-mêmes ainsi que le gouvernement. La question sur laquelle notre regard se pose est de savoir ce qui bloque le dénouement heureux de cette crise sociale. Ces parties pensent-elles à la jeunesse qui souvent subit les tiraillements ? Doit-on absolument gagner lorsqu’on part en négociation ? Peut-on mettre à la table de négociation toutes les propositions de chacune des parties afin de trouver un consensus durable après analyse ?

Ce sont autant d’interrogations que la rédaction du journal tentera d’aborder avec l’ensemble des parties impliquées dans le processus de dialogue des parties dans cette crise qui n’a que trop duré.

Dénémadji Némerci

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here