Nécrologie: Général Routouang Yoma Golom, serviteur fidèle jusqu’à sa mort

0
232

Militaire et homme politique tchadien, le Général Routouang Yoma Golom a rendu l’âme le 22 janvier 2021. Il était un administrateur et grand commis de l’Etat. Il a servi le pays avec loyauté, dignité et abnégation, malgré la précarité de son état de santé.

Routouang Yoma Golom était est un homme d’une grande taille et de forme imposante, calme et humble qui a suivi de bout en bout l’évolution politique, économique et sociale du Tchad, depuis son indépendance jusqu’à ce 22 janvier 2021 où il a tiré sa révérence. De Ngarta à Idriss Deby Itno en passant par les quatre autres Présidents qui ont dirigé le pays, Routouang Yoma Golom n’a pas failli à sa carrière. Prompt, discipliné, et très strict dans son engagement en bon militaire, il a su assumer ses différentes responsabilités qu’on lui confiait.

Marié et père d’une vingtaine d’enfants, le général Routouang Yoma Golom a servi sous Hissein Habré comme Ministre de la Justice et Garde des sceaux en 1985. Connaissant ses capacités, compétences et talents, le Président Idriss Deby Itno n’a pas hésité un instant à lui confier des responsabilités. C’est ainsi qu’il occupa plusieurs postes ministériels entre autres : ministre de l’Agriculture en 2002, ministre des Postes et des Télécommunications en 2003, ministre de l’Administration du territoire en 2004, ministre du Commerce et de l’Industrie en 2005 et ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et de l’Immigration en 2006.

Sur le plan politique, il occupa aussi de grands postes au sein de son parti. Il fut Secrétaire général du Mouvement patriotique du salut (MPS) et député de ce parti à l’Assemblée nationale depuis 2011 pour le compte de Mayo Kebbi Est. A ce titre fut élu président de la commission parlementaire Défense et Sécurité, mais aussi président de la commission Politique Générale, Institutions, Lois, Affaires Administratives et Judiciaires. 

Sur le plan militaire, feu Routouang Yoma Golom a gravi les grades progressivement pour arriver au grande de Général de corps d’armée. Il a eu plusieurs distinctions honorifiques parmi lesquelles celle d’avril 1998 au titre d’officier de l’Ordre de Mono, par décret de l’ancien chef de l’État togolais Eyadema Gnassingbé.

Dénémadji Némerci

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here