Situation de Xinjiang : L’ambassadeur Li Jin Jin éclaire les journalistes

0
33

L’ambassade de la République populaire de Chine a organisé, le mardi 23 févier 2021, dans l’enceinte de son nouveau siège, un briefing spécial à l’attention des professionnels de l’information du public et du privé. C’est en rapport avec le matraquage médiatique fait par les médias et les think-tanks occidentaux sur ce que ces derniers qualifient de violation des droits de la minorité Ouïghour. Le but visé par cette rencontre est d’aider les journalistes à savoir plus sur la région autonome de Xinjiang et de faire écho dans leurs supports respectifs afin d’éclairer la lanterne de leur auditoire.

D’entrée de jeu, l’ambassadeur de la République populaire de Chine (RPC) au Tchad, Li Jin Jin a présenté la carte géographique de la région autonome Ouïghours de Xinjiang. Cette région d’une superficie supérieure à celle du Tchad avec 1646 800 km2 est située à l’extrême nord-est de la Chine à la frontière Russo-Chinoise est la plus vaste région autonome de ce pays. Région créé le 1er octobre 1955, la région autonome de Xinjiang est peuplée par l’ethnie Ouïghour ainsi que d’autres ethnies.

À l’instar des autres minorités ethniques en Chine, les Ouïghours administrent elles-mêmes leurs propres affaires socio-économiques. La région autonome de Xinjiang prône depuis toujours l’égalité entre toutes les religions. A titre illustratif, plusieurs dénominations religieuses y cohabitent. Il s’agit de l’Islam, du Bouddhisme, du Taoïsme, du Protestantisme, du Catholicisme ainsi que des églises orthodoxes vue sa proximité avec les pays d’Eurasie. La région renferme 24 800 sites de culte religieux(mosquées, églises, temples bouddhistes et taoïstes et 29 300 membres du clergé).

De 1990 à 2016, la région a fait l’objet des milliers d’attaques terroristes avec de nombreuses personnes innocentes tuées. Pour lutter contre ce phénomène, rétablir la sécurité et la stabilité, une batterie de mesures a été mise sur place. Il s’agit entres autres de la mise en œuvre du Plan d’action des Nations unies pour la prévention de l’extrémisme violent, l’application des mesures préventives de lutte contre le terrorisme et la radicalisation conformément à la loi, l’élimination de la pauvreté et le renforcement de la capacité d’intégration sociale (formation professionnelle, enseignement du mandarin, politique favorable au travail, etc).

La mise en application de ces différentes mesures de pacifier la région. Conséquence, aucun incident terroriste violent n’est enregistré au cours des quatre dernières années et le terrorisme est devenu florissant (213 millions des touristes se sont rendus dans la région de Xinjiang en 2019). C’est des habitants de cette région bien développé avec des infrastructures de qualité où les différentes ethnies qui y habitent vivent en parfaite harmonie que, selon le diplomate chinois, les médias et think-tank occidentaux font usage des techniques de tournage, du traitement des informations et des vidéos avec pour objectif de tromper le monde entier sur ce qui se fait réellement à Xinjiang en matière de développement.

Ces médias font des commentaires injustifiées sur le développement de cette région alléguant que la minorité musulmane Ouïghour est victime de la violation des droits de l’homme, d’un génocide culturel et sa liberté de religion est bafouée. Par ces manœuvres, ces médias cherchent à diaboliser la République populaire de Chine qui est, souligne-t-il, victime de sa croissance rapide qualifiant le régime en place d’autoritaire, de massacre contre les Ouïghours, de restriction de leur liberté, de violation des droits de l’homme des musulmans. Battant en brèche toutes ces informations, l’ambassadeur informe qu’en Chine, les musulmans n’ont jamais fait l’objet d’une violation quelconque et que la liberté de croyance est garantie à toutes les dénominations religieuses présentes dans ce vaste pays 9 millions de superficie et d’1 milliard 300 millions de population.

Pour, mieux informer les Tchadiens sur ce que les médias occidentaux relaient à longueur de journée sur la Chine et la région autonome de Xinjiang comme information sur ce pays, le premier responsable de l’ambassade de Chine invite les professionnels de l’information du Tchad d’être l’œil de leur auditoire en lui transmettant les vraies informations relatives à la Chine. Li Jin Jin conclut ses propos en martelant qu’il n’y a jamais eu des camps de rééducation où des millions des musulmans Ouïghours sont détenus.

A Xinjiang, il existe des centres d’enseignement et de formation professionnels légalement établis. Ils sont dédiés à la vulgarisation des mesures proactives de lutte contre le terrorisme et pour la déradicalisation. Les musulmans Ouïghours de Xinjiang sont des citoyens chinois et par conséquent, ils bénéficient des mêmes traitements et avantages que leurs concitoyens d’autres régions de la Chine.

Serge NEKOULKO NADJINGAR

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here