Présidentielle d’avril 2021 : La société civile rassurée de l’évolution du processus

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a organisé une journée d’information avec les Organisations de la société civile sur le processus électoral en cours, le mardi 08 mars à l’hôtel Radisson Blu. Pour l’élection présidentielle du 11 avril prochain, le président de la Céni, Dr Kodi Mahamat, a demandé l’implication des OSC pour la réussite des opérations.

Le président de la Céni a d’abord fait la situation sur l’évolution du processus électoral qui, selon lui, a atteint sa vitesse de croisière. « Nous avons entamé la cartographie, fait le recensement pilote qui a amené à la revue du fichier définitif. En ce moment précis les membres de la Céni sont sur le terrain pour procéder à l’affichage définitif des listes électorales avant le scrutin. Il y a ensuite la livraison, la réception et la vérification des listes d’électeurs qui sont prévues du 13 au 15 mars 2021. Le déploiement des cartes sur le terrain se fera du 16 au 25 mars 2021. Arrive ensuite la formation des formateurs des membres de bureau de vote. Nous nous préparons à lancer la campagne », a rappelé succinctement Dr Kodi Mahamat.

Le président de la Céni, a précisé, que parmi les OSC, certaines ont commencé à travailler pour accompagner le processus. « Le processus a atteint sa vitesse de croisière donc nous devons informer la société civile. Lorsque nous nous acheminions vers les élections législatives, les bailleurs de fonds s’étaient prononcés favorablement. Lorsque nous avons inversé la tendance, ils se sont rétractés. Ils disent qu’ils ne peuvent pas appuyer et former la société civile parce qu’il s’agit d’une élection structurante. Voilà pourquoi vous avez été abandonnées. Nous plaidons pour que la société civile se mette en action. La société civile, si elle ne s’implique pas, nous prêchons dans le désert parce que le retrait des cartes doit être l’œuvre de la société civile. Appeler les populations à voter massivement c’est encore l’œuvre de la société civile. Naturellement, il y a également l’observation ».

Dr Kodi Bam a tenu à rappeler que beaucoup des OSC pensent que la Céni doit financer les OSC. « Je voudrais vous dire simplement que nous avons bien voulu financer, mais la Céni ne finance pas les OSC. La Céni accrédite les OSC et c’est avec cette accréditation qu’elles peuvent accéder aux financements des bailleurs de fonds » souligne le président de la Vénus. Il a soutenu que les bailleurs de fonds se sont rétractés. «  Ils nous attendent pour les élections législatives. En attendant, nous nous sommes mis à écrire au gouvernement pour appuyer les OSC et former ses membres. Sinon, nous n’aurions pas eu ce que nous recherchons en tout cas, la mobilisation de masse. C’est pour ça que nous attendons à ce qu’une réponse prompte, nous soit donnée et une fois avoir eu la réponse nous pourrions vous motiver davantage ».

Par rapport aux partenaires, il a informé que les démarches envers l’ambassade des Etats Unis d’Amérique au Tchad sont prometteuses en faveur des OSC.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here