Festival Koura Gosso : La 5ème édition se déroulera du 16 au 23 mai à N’Djaména

Le comité d’organisation du Festival Koura Gosso, a animé ce vendredi 19 mars 2021 à l’Espace Talino, une conférence de presse, couplée aux journées portes ouvertes. L’équipe a échangé avec les journalistes sur l’évolution de cet évènement dont la 5ème édition se déroulera du 16 au 23 mai à N’Djaména.

« Carton rouge aux violences faites aux femmes », est le thème de l’édition 2021 qui réunira une dizaine de pays. Lancé en 2017, le festival Koura Gosso est né du fait que le Tchad représente un gisement artistique et culturel mondialement reconnu avec une diversité culturelle avérée mais restant jusqu’ici sous-exploité et non exporté.  C’est ainsi que l’Association Femme Aussi (AFEMA) s’est engagée, à travers l’organisation du festival Koura Gosso, à proposer une solution grâce à cet évènement international qui remplit une double mission. Dans un premier temps, servir de vitrine et de tremplin vers l’international pour les artistes locaux tchadiens ; dans un second temps enrichir l’activité artistique du Tchad tout en développant son rayonnement culturel.

Pour la directrice artistique, Nétoua Ernestine, l’ancrage du projet dans la ville de Moundou pour les 4 premières éditions, est dû au fait que cette ville est morte culturellement. Avec le festival, les talents ont pu s’exprimer et se dévoiler dans la capitale économique du Tchad. Mortordé Clément, membre du comité, d’ajouter que c’est un festival qui a permis à la ville de Moundou d’être vivante sur le plan culturel et artistique. C’est à cause de la Covid-19 que l’évènement est ramené à N’Djamena afin de mieux rassurer les artistes et limiter les risques.

Dans l’ordre des difficultés que les journalistes ont évoqué dans les questions, le comité a relevé qu’elles sont multidimensionnelles. D’abord, les charges liées à l’organisation sont prises en charge principalement par le comité et les mécènes. Selon Nétoua Ernestine, il n’est pas question seulement d’appui financier mais aussi d’appui matériel. Pour mobiliser les fonds, soutiennent conférenciers, il faut un soutien institutionnel du ministère de la Culture. Cela permettra de chercher des financements tant intérieurs qu’extérieurs.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here