Présidentielle 2021 : L’OIF renforce les capacités des journalistes

L’Organisation Internationale  de la Francophonie, en partenariat avec la Maison des médias  du Tchad, a organisé un atelier sur le  renforcement des  compétences  et des capacités  des professionnels  des médias  pour la couverture médiatique de l’élection présidentielle du 11 avril  2021, du 26 au 27 mars  au Cefod. Financé par  l’ambassade de la France au Tchad, cet atelier a réuni environ 80 journalistes de 23 provinces  ainsi que ceux de  N’Djamena.  Il a été ouvert par le président de la Hama (Haute autorité des médias et de l’audivisuel), Dieudonné Djonabaye.

Ce séminaire de deux jours a permis aux journalistes d’acquérir des connaissances  et d’échanger avec les différents intervenants sur les quatre axes à savoir : le contexte réglementaire  et médiatique, regards croisés sur la couverture médiatique en période électorale (du national à l’international), les contenus et choix éditoriaux et l’intégrité dans le traitement de l’information en période électorale.

Dans son mot de bienvenue, le président du conseil d’administration de la Maison des médias du Tchad Abderamane Barka, rappelle que les périodes électorales ne sont pas les périodes de conflit mais des tensions éventuelles  et  de grand rassemblement pouvant ouvrir des voies à des  situations bouleversantes pour  la paix et la sécurité. Pour ce fait, selon  lui,  le journaliste peut bien jouer son rôle qui est de prévenir.

Le conseiller à la Coopération à l’ambassade de  la France estime que  le Tchad est dans un contexte où les fausses nouvelles déforment souvent la réalité et peuvent parfois avoir des conséquences graves. C’est pourquoi, il rappelle aux journalistes de faire preuve de maturité et de professionnalisme dans le traitement de l’information en période électorale.

Le président de la HAMA, Dieudonné Djonabaye, déclare pour sa part que pendant cette période  de campagne électorale présidentielle, les médias  doivent faire renaitre en chaque Tchadienne et Tchadien le désir de vivre ensemble. Les journalistes  doivent être  les artisans  et les architectes  de la paix. Ils doivent surmonter les barrières de la géographie, des appartenances  à leurs  communautés et valoriser l’amour.

Pour le président de la HAMA, au milieu d’un monde sombre  marqué par la méchanceté, l’hypocrisie et le désespoir, la presse doit être l’étoile brillante et indiquer le chemin  de la paix, de l’unité et de la solidarité. Il ajoute que pour réussir ce sacerdoce, la presse doit se placer à équidistance des acteurs  que sont des partis  politiques, des candidats  et leurs sympathisants.

Newingar Miguégué Jacqueline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here