Pahimi Padacké Albert : « Notre candidature semble répondre à l’attente du peuple »

Après le lancement officiel de sa campagne le 19 mars dernier au stade Idriss Mahamat Ouya de N’Djaména, le candidat du Rassemblement national des démocrates Tchadiens (RNDT) Le Réveil, Pahimi Padacke Albert a entamé une tournée dans la partie septentrionale du pays. Objectif, conquérir davantage la confiance des électeurs pour les élections prévues le 11 avril 2021. A travers une interview, il dresse ici, l’échantillon de la force de frappe de sa formation politique.

Monsieur le président, vous venez d’effectuer une tournée dans la partie septentrionale du pays. Quelle leçon ou bilan peut-on tirer de ce déplacement ?

Merci de me donner l’occasion de dire quelques mots en ce début de campagne. Il vous souviendra, nous avions lancé la campagne présidentielle ici à N’Djaména le 19 mars 2021. Et, nous sommes sortis maintenant pour la campagne électorale présidentielle dans la zone septentrionale. Il serait hasardeux de parler de bilan car, de notre point de vue, le bilan se fera dans les urnes. Il n’y a pas de bilan à mi-parcours. Cependant, je note simplement l’engouement des populations qui sont venues nous accueillir dans les villes et villages. Nous avons trouvé une population tchadienne massivement sortie pour nous accueillir et qui exprime très clairement la volonté du changement.

Monsieur le président, au regard des défis et perspectives de l’heure, que comptez-vous faire dans les autres localités non encore parcourues, garderiez-vous le même élan ?

Après cette tournée dans la zone nord du pays, nous avons constaté que les populations tchadiennes attendent une alternance pacifique au sommet de l’Etat. Et, notre candidature semble répondre à cette attente. Nous sommes donc très confiants.

Comme vous voyez l’engouement des Tchadiennes et des Tchadiens, nous avons fait un véritable marathon pour rejoindre les localités par la route. Ce qui est fort intéressant pour un candidat, parce que si nous parcourons ou sillonnons par la route, nous constatons de visu que le problème des Tchadiens, l’état de la route elle-même, des populations qu’on croise, les femmes qu’on rencontre allant chercher de l’eau à dos d’âne, nous ne sommes pas seulement en campagne électorale mais au contact direct avec les réalités. Sur la même lancée, nous allons continuer dans les autres zones du pays.

D’autres candidats sont dans un monde autre que les réalités des Tchadiens circulant en avion, ils ne connaissent pas les réalités du pays. Leurs discours se trouvent complétement en déphasage avec ce que les gens vivent sur le terrain. Cela nous donne un engagement encore plus fort.  C’est pourquoi, dès demain, nous allons encore à l’encontre d’autres Tchadiens dont les attentes sont énormes. Nous n’allons pas baisser les bras pour aller en contact avec les électeurs

Dernier mot ou un message de particulier.

Cette attente du peuple tchadien pour une alternance pacifique ne peut se faire que si chacun se lève, debout et pour voter, contrôler les bureaux de vote pour que les résultats sortis des bureaux de vote soient proclamés. Le boycott ne permettra pas d’atteindre cet objectif du peuple tchadien d’aspirer au changement. Il ne faut donc pas rester à la maison. Même pour celui qui veut rejoindre le changement que nous incarnons, la candidature du changement sans revanche. Si l’objectif de tous est de changer au sommet de l’Etat, d’avoir une alternance pacifique, d’avoir un nouveau président, nous ne pouvons l’avoir qu’en allant voter massivement.

Propos recueillis par Napoléon Ngaoundi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here