Campagne électorale : Les promesses de Pahimi Padacké Albert à Doba

Après Sarh et Koumra, Pahimi Padacke Albert a validé sa journée du 3 avril 2021 en clôturant ses séries de meeting à Doba, chef-lieu de la province du Logone Oriental. Ici comme dans d’autres villes, ce sont les jeunes qui s’organisent pour l’accueillir dès l’entrée de la ville et l’accompagner par des parades motorisées. C’est la place publique de l’indépendance qui a servi de cadre à la cérémonie.

Dans son mot de circonstance, le candidat a fait savoir au public que la ville de Doba ne ressemble pas à une zone pétrolière. Pourtant dit-il, elle a généré beaucoup de ressources financières qui n’ont servi qu’à d’autres localités du pays. Il a également mentionné que même les 5 % alloués à la province productrice ne sont pas utilisés à bon escient plongeant ainsi la population dans le désespoir. Appuyé par son allié du RDC (Rassemblement pour la démocratie et la cohésion), Mahamat Nour Issakha, le candidat sollicite donc la confiance du peuple logonais oriental et lui demande d’accorder son suffrage.

Toutes les fois que le candidat prend la parole, il ne manque pas de dérouler son programme politique conformément aux réalités locales. Pour le cas de Doba, il s’agira pour lui, s’il est élu de prioriser la construction massive des écoles adaptées aux conditions actuelles de vie et de développement. Le développement de l’agriculture et l’élevage sans les conflits et clivages sont inscrits dans son programme. A chaque ville parcourue depuis le début, les sympathisants offrent un coq blanc et une houe en signe d’attachement aux idéaux du parti.

A chaque étape, le président du parti Rassemblement pour la démocratie et la cohésion, Mahamat Nour Issakha ne cesse d’exhorter la population à aller retirer sa carte d’électeur afin de voter pour Pahimi Padacké Albert le moment venu

A Doba, contrairement à Koumra et Sarh, des sifflets, flutes et balafons n’ont cessé de retentir créant ainsi un vacarme total à la place de l’indépendance. Des groupes de danses folkloriques s’organisent en ordre pour prester. Occasion qui a permis au candidat du changement, très émerveillé, d’esquisser quelques pas de danses « Saï » et « Yondo ».

Napoléon Ngaoundi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here