Gouvernement de Transition : Abderaman Koulamallah prend service à la tête du département de la Communication

La cérémonie de passation de service entre le ministre sortant de la Communication, Porte-parole du Gouvernement Chérif Mahamat Zène et l’entrant Abderaman Koulamallah s’est déroulée, ce mardi 4 mai 2021 au siège national de l’Office nationale des médias audiovisuels. Une cérémonie qui a regroupé quelques agents dudit ministère.

L’occasion était pour le Porte-parole du Gouvernement de Transition Abderaman Koulamallah de  retrouver les siens. A cet effet, il mentionne qu’il n’est pas un sauveur suprême. « Je reste humble dans ce domaine et je contribuerai comme mes prédécesseurs à apporter ma pierre à l’édifice commun », s’est-il exprimé. En prenant la tête du département de la communication, en ce moment de transition, Abderaman Koulamallah invite les journalistes à assumer leurs responsabilités. « Je veux que vous soyez rassurés dans vos responsabilités que vous continueriez à exercer sans pression et sans craintes pour vos carrières ».

Il souhaite en outre redonner à la presse publique sa lettre de noblesse tout en se basant sur la qualité. « Le service public assure l’expression de notre pluralité, il doit donc donner la parole à tous les acteurs de la vie politique et civile en assurant l’équité dans la parole publique », relève-t-il. Car, pour lui, c’est en ouvrant la radio, la télévision et la presse écrite à l’expression plurielle que l’on crédibilisera les organes publics et suscitera une attractivité de leurs émissions. « Nos journalistes ne sont pas des acteurs politiques, ni des relais du pouvoir, ils doivent se limiter à leur rôle de créer les conditions d’une  expression libre et plurielle de la parole et distilleront des informations justes pour renforcer la crédibilité de notre démocratie dans cette phase si délicate de la transition », recommande le nouveau patron de la presse tchadienne.

Quant à la presse privée, le nouveau ministre indique qu’il va prendre en main le destin de ces médias. « A la presse privée, je serai à ses côtés, car elle contribue à notre démocratie et nous avons le devoir de la subventionner et lui permettre de survivre. Car, sa disparition serait la disparition de la démocratie plurielle que nous voulons », a-t-il mentionné.

Le ministre sortant Cherif Mahamat Zène a, quant à lui, retracé les actions q ‘il avait entrepris à la tête du département de la communication. Il a remis les clés d’un ministère opérationnel à son successeur. Il l’a confié la suite des projets qui sont presque à terme.  C’est-à-dire, l’achèvement du chantier du siège de l’Agence Tchadienne de Presse et d’Edition (ATPE), l’école de journalisme,  pour ne citer que ceux-là.

Yonwa Maïlébélé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here