Administration Publique : Dossier sur la bancarisation des fonctionnaires de l’Etat au Tchad

0
192

Dans le cadre du renforcement de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit au Tchad, deux soucis majeurs s’imposent à l’Etat pour la mise en place d’un système de contrôle de ses agents. Primo, maitriser et assurer le contrôle de l’effectif des fonctionnaires par le processus de bancarisation. Secondo, élever le taux de la bancarisation. C’est pourquoi, depuis quelques années, les fonctionnaires de l’Etat sont presque tous soumis à cet exercice de bancarisation qui d’ailleurs est très apprécié par les bénéficiaires.

Cette volonté d’alléger les souffrances des fonctionnaires qui gagnaient au billetage d’une part, et d’atténuer les risques de braquages des payeurs par les malfrats d’autre part, reste une utopie. La notion de la bancarisation de la paie des fonctionnaires de l’Etat constitue aujourd’hui une source d’insécurité pour les fonctionnaires de l’Etat, et un manque à gagner pour l’employeur.

Il y a des risques qui ont fait apparaitre des fragilités de la paie des fonctionnaires dans ce processus de bancarisation. Très appréciée bien-sûr par les fonctionnaires, mais, il suffit de faire un tour à la fin de chaque mois pour se rendre à l’évidence de limite de celle-ci.

Le journal en ligne de l’ATPE ouvre un dossier qui mettra l’accent sur comment la bancarisation de la paie des fonctionnaires de l’Etat est-elle réalisée ? Pourquoi ces attroupements chaque fin de mois et surtout en cette période de Covid-19 ?  Pourquoi les banques n-ouvrent-elles pas plusieurs guichets à la fin du mois ?

Les fonctionnaires, pour de raisons de salaires ne viennent pas au bureau. N’est-ce pas un manque à gagner pour l’Etat ? Ce sont autant d’interrogations auxquelles nos reporters tenteront d’apporter des éléments de réponses dans ce dossier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here