Changements climatiques : Les projets d’adaptation sont mis en œuvre

0
88

Il s’est tenu le jeudi 11 février 2021, une première réunion du comité de pilotage de deux projets, du ministère de l’Environnement et de la pêche. Il s’agit du projet de Plan national d’adaptation aux changements climatiques et celui de renforcement des capacités. La réunion est présidée par le ministre Ibrahim Mahamat Djamaldine, en présence du représentant résident adjoint des opérations du PNUD, Yaya Amadou Ba, et du coordonnateur national du PNA-Tchad, Saturnin Kouma Kossy ainsi que d’autres partenaires impliqués.

Les deux projets, Plan national d’adaptation aux changements climatiques (PNA-Tchad) et Renforcement des capacités sont mis en œuvre par le ministère de l’Environnement et de la Pêche. Ils sont financés par les partenaires y compris l’Etat Tchadien à hauteur de 33 680 900 USD pour une période allant de 2019-2023. Ce qui permettra, selon les donateurs, d’aider le pays à se doter de stratégies d’instruments et d’équipements pouvant lui permettre de s’adapter aux effets adverses des changements climatiques.

Le représentant résident adjoint des opérations du PNUD, Yaya Amadou Ba, révèle que son institution, en collaboration avec le gouvernement du Tchad, a développé sur financement du Fonds de l’environnement  mondial (FEM), le projet du « Plan national d’adaptation du Tchad », en appui aux efforts déjà engagés pour la mise en œuvre de sa vision 2030, son PND 2017-2021 sa CND, son PANA et sa feuille de route PNA. Pour lui, les deux projets permettront de faciliter l’intégration aux changements climatiques dans la planification et la budgétisation à moyen et à long termes des secteurs sensibles au climat.

Le ministre de l’Environnement et de la Pêche, Ibrahim Mahamat Djamaldine, réitère que, le Tchad présente, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, une extraordinaire diversité écologique. De son point de vue, cette richesse naturelle et ce potentiel agro-sylvo-pastoral sont toutefois caractérisés par une extrême vulnérabilité au regard du développement socio-économique et environnemental du pays. Il justifie que cette vulnérabilité est inhérente aux différentes crises, économique, humanitaire, sécuritaire et écologique. C’est pourquoi, dit-il, pour répondre à ces préoccupation, le gouvernement tchadien, le PNUD ainsi que d’autres partenaires s’activent ardemment à mobiliser des ressources et à exécuter des programmes et des projets de développement durable pertinents et catalyseurs.

Banbé Mbayam Christian     

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here