Gouvernement de transition : Le Premier ministre dévoile son programme politique en neuf points

Le Premier ministre, chef du Gouvernement de Transition, Pahimi Padacké Albert a présenté vendredi, le programme politique  de transition devant la représentation nationale, au Palais de la démocratie à Gassi. Après plusieurs heures de discussions générales le document a reçu le quitus des députés  par  149 voix pour, 0 contre et 0 abstention. La présentation du programme politique s’est déroulée en présence des membres du gouvernement.

Ce programme soumis à l’approbation de l’Assemblée nationale le vendredi 14 mai 2021, compte 14 pages avec  une kyrielle d’actions à savoir la sécurité, la sauvegarde de l’unité nationale et la paix sociale, l’État de droit, l’organisation du dialogue national inclusif, la lutte contre la mauvaise gouvernance, le népotisme, l’exclusion et la corruption et la relance économique et le renforcement des finances publiques, entre autres. Parmi ces points ambitieux, la priorité a été accordée à la sécurité et l’intégrité territoriale, les désarmements civils sur l’ensemble du territoire national, l’unité nationale et la paix sociale  occupent une place de choix.

L’objectif de ce programme politique selon le Premier ministre de transition, Pahimi Padacké Albert est  « d’assurer la continuité de l’État, de préserver les acquis de paix de stabilité, de poursuivre les projets et programmes de développement en vue de créer toutes les conditions propices à l’organisation des élections générales, libres, transparentes et crédibles aux termes des 18 mois de transition ».

Les préoccupations des élus du peuple

 Dans la phase de discussion générale, plusieurs interrogations axées sur  les conflits intercommunautaires, la réquisition de l’Hôtel Chari,  les marches pacifiques et  le chronogramme ou intervalle de transition ont été exprimées par les députés. En apportant les éléments de réponse en ce qui concerne le premier point, selon le chef du Gouvernement de transition, ces conflits constituent un vaste chantier et ne seront pas résolus en  un an et demi. Mais néanmoins, il faut l’attaquer par la sensibilisation, la promotion du Vivre ensemble, en respectant les us et coutumes.

Évoquant la réquisition de l’Hôtel Chari devant abritant désormais la Primature, Pahimi Padacké Albert a saisi l’occasion pour rappeler à la représentation nationale que cet édifice public générait des recettes entre 2009 et 2018 de 19 milliards FCFA, avant Covid-19. « Et le nombre de passagers à la date d’aujourd’hui n’est pas du tout le cas. Le personnel sera redéployé dans d’autres  structures  hôtelières de l’État » a signifié , le Premier ministre aux  députés.  

Abordant l’aspect de la marche pacifique, Pahimi Padacké Albert, la Constitution tchadienne a autorisé cette  dernière, c’est un droit reconnu au citoyen, « mais il faut que nous trouvions cette formule ensemble pour que cette marche ne trouble pas  l’ordre public établi ».  En ce qui concerne enfin le dernier point, l’intervalle de transition, il a déclaré que le gouvernement va préparer une feuille de route afin  que le Tchad puisse organiser les élections libres et transparentes aux termes échus de 18 mois, précédé par un dialogue national inclusif.

Ndomadji Ndodegue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here