Médias : Investir dans le secteur artistique par la promotion de la musique tchadienne

En lien avec la célébration de la 40ème édition de la Fête de la musique, la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA) a organisé une conférence débat afin d’échanger avec les artistes sur les textes qui régissent cette noble profession. Les échanges ont portés sur : « Le rôle de la haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA) dans la promotion de la musique tchadienne à travers les médias ». Elle est animée par le président de ladite institution, Dieudonné Djonabaye, le lundi 21 juin 2021 à la maison de la culture Baba Moustapha.

La musique disait, le sociologue christini Karakostaki, ce penchant humain primordial capable d’unir tous les hommes indépendamment de leur âge, sexe, classe sociale ou de leur nationalité. Mouvement populaire créé en 1982, la Fête de la musique est dans sa forme actuelle, un rendez-vous traditionnel capable de rassembler artistes et publics. C’est le sens profond de l’organisation de cette conférence débat.

Le président de la HAMA, Dieudonné Djonabaye a fait comprendre aux artistes que, son institution est l’interlocutrice privilégiée des acteurs de la création et de la diffusion musicale. En outre, a-t-il dit, c’est elle qui étudie les questions liées au développement de la production et de la création nationale tchadienne. C’est toujours la HAMA, par ses attributions qui est chargée de veiller au respect par les médias audiovisuels de leurs obligations de diffusion. Ensuite, il a indiqué que, la commission technique décide d’échanger et de faire découvrir aux artistes, le rôle de l’instance de régulation dans la promotion de la musique nationale dans les médias.

L’occasion était indiquée pour Dieudonné Djonabaye de demander aux responsables des organes de presse de consacrer dans leurs programmes des variétés musicales, au moins 60% de la programmation à des émissions locales et au moins 70% à la musique nationale tchadienne tout en respectant les dispositions légales relatives aux droits d’auteur. Au cours des échanges, les artistes ont exhorté les responsables impliqués dans le système culturel à tous les niveaux de réorganiser ce secteur pour le bien-être des artistes et de la population tchadienne.

Banbé Mbayam Christian   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here