Dialogue national inclusif : la HAMA et les journalistes s’activent

Les rideaux sont tirés sur l’atelier organisé par la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA), le 26 août 2021. C’est à la faveur des séances de réflexion et de suggestions des participants qu’a pris fin cet atelier qui a eu pour objectif de préparer et réussir l’organisation du Dialogue national inclusif (DNI) en terme de communication.

C’est sur une note de satisfaction générale que les assises tenant lieu de phase préparatoire au Dialogue national inclusif ont pris fin avec pour thème : « Le rôle et la mission des médias dans le processus du Dialogue national inclusif ». Orientés sur cinq thèmes majeurs, les journalistes et les responsables de certaines organisations ont examiné et déterminé les points saillants, gages d’une bonne organisation et réussie du futur dialogue. Il s’agit du rôle des médias avant le DNI, pendant et après, les engagements et directives pour une couverture médiatique objective du DNI et la contribution de la presse à la construction d’une culture citoyenne.

Les journalistes souhaitent la symbiose

La compilation de tous les travaux présentés par les différents groupes constitués a donné suite aux formulations des résolutions assorties de quelques recommandations. Pour l’ensemble, les participants se sont basés sur la communication faite par le Directeur du Centre de formation et de développement (CEFOD), Ludovic Lado. C’est la vertu du dialogue conditionnée par cinq principes. Selon lui, pour qu’un dialogue ait lieu, il faut au moins deux personnes, un sujet consensuel, la liberté de parole et une prise de parole effective, l’ascèse de l’écoute et l’amour ou la recherche de la vérité.

La HAMA accompagne et oriente

« Vous devez par vos plumes amener vos compatriotes à accepter les débats contradictoires afin de ne plus se battre avec les canons » a déclaré le président de la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA), Dieudonné Djonabaye à ses confrères journalistes. Il a ensuite invité ces derniers à être des chevaliers du dialogue. Pour finir, Dieudonné Djonabaye a demandé aux patrons des médias à demeurer des dialecticiens.

Il est important de préciser qu’à l’issue de ces assises, les leçons sinon les épreuves vécues par le passé, doivent plus que jamais restées gravées dans la mémoire des Tchadiens. Lesquelles leçons doivent les permettre de jeter de nouvelles bases pour un avenir prospère et uni de tous.

Napoléon Ngaoundi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here